Gérard Chouquer, “La morphologie agraire des ejidos à San Andrés Tuxtla (Mexique)”

Dans une étude sur la certification des terres dans les ejidos de la région de San Andrés Tuxtla, au sud-est de Veracruz, Eric Léonard (2009) met en évidence le fait que l’ejido — qui est une structure de partage des terres communes, ayant un statut juridique d’exception — est une institution de la réforme agraire qui participe à la structuration politico-territoriale voulue par le pouvoir cardéniste à partir de 1934. Elle contribue à effacer deux autres institutions fondamentales de la structure agraire mexicaine : le grand domaine privé et la communauté indienne.

Partant de la carte des ejidos et des fondations villageoises publiée dans cet article, la présente étude cherche à savoir quelle a été la transcription de cette politique dans la morphologie agraire. On peut ainsi contribuer à démontrer l’ampleur de la distribution, de la création de formes nouvelles et situer la phase cardéniste dans l’évolution du front pionnier interne.

Sur un plan méthodologique plus général, on peut évaluer la capacité de la morphologie agraire à rendre compte ou non des limites des territoires.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.