Gérard Chouquer, La hiérarchie non autosimilaire des formes coloniales dans le nord-est du Brésil : capitanias, sesmarias, parcellaires, mai 2022, 13 p., https://manoma.hypotheses.org

Le Nord-est du Brésil, plus ancienne zone de colonisation portugaise (et brièvement hollandaise) du Brésil, permet de comprendre à la fois la hiérarchie et le non emboîtement des formes planimétriques de la colonisation. Les capitanias ont été le cadre global de l’organisation des terres ; leurs limites permettent de cadrer les concessions de sesmarias ; les unes et les autres servent ensuite de cadre aux fondations d’habitats et aux parcellaires. Mais ces niveaux ne fonctionnent ni dans un rapport d’isoclinie, ni dans la simultanéité. 

Le cas présenté ici concerne la capitania du Pernambouc, et marginalement celle d’Itamaraca, au nord de la précédente. Il permet de constater que la transmission des formes les plus anciennes de la colonisation est faible, voire nulle, au plan territorial comme au plan parcellaire. La morphologie agraire ne date vraiment que du XIXe siècle.

La hiérarchie est longtemps juridique, sur la base d’une domanialité de type paramontal qui prend la forme des colonies de propriétaires.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
gerardchouquer (20 mai 2022). Gérard Chouquer, La hiérarchie non autosimilaire des formes coloniales dans le nord-est du Brésil : capitanias, sesmarias, parcellaires, mai 2022, 13 p., https://manoma.hypotheses.org. MaNOMA. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r82x


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search