Estelle GAUTHIER, Murielle GEORGES-LEROY, Nicolas POIRIER, Olivier WELLER (dir.), Archaedyn. Dynamique spatiale des territoires de la Préhistoire au Moyen Âge, vol. 1, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2022, 348 p.

Le chapitre 2 de la première partie de ce volume (p. 51-93), intitulé “Approches statistiques et spatiales des structures agraires et parcellaires”, de rédaction collective, présente un très grand intérêt pour l’analyse de morphologie agraire. Les auteurs désirent ne pas se limiter à une pratique descriptive de la morphologie, dont ils reconnaissent cependant l’intérêt. Ils souhaitent aussi échapper aux difficultés qu’une analyse périodisée rencontre dès lors qu’il faut affronter des phénomènes de transmission et de transformation dans la voirie et les parcellaires qui interdisent une sériation chronologique claire. Ils ont donc établi un corpus de gisements qui échappent à cette situation : il s’agit des parcellaires découverts par prospection et par le LiDAR en forêt, qui ne sont pas repris et transformés à des époques ultérieures, mais en quelque sorte ensevelis : forêt de Haye, d’Allain, de Saint-Amond, de Selaincourt en Lorraine; forêt de Saint-Quirin dans les Vosges ; forêts de Sénart en Île-de-France ; forêts d’Arcy, de Girolles et Champlive en Bourgogne du nord. La cohérence de ces ensembles permet alors d’inventer des méthodes nouvelles d’analyse de la morphologie dans le but d’estimer l’intensité et la structuration de l’exploitation agricole, de mesurer la dynamique spatiale, de caractériser les implantations par rapport aux milieux, etc. Les indicateurs sont le cumul de la longueur des limites, les tas d’épierrement, l’habitat, la forme des parcelles, le rapport aux voies, etc. Pour éviter le flou de la définition des parcelles (la fermeture des parcelles n’est pas toujours possible ; les subdivisions peuvent gêner l’analyse), les auteurs ont défini des “entités surfaciques limitées” qui, à première vue, paraissent ressortir à un jargon techno-scientifique, mais qui s’avèrent nécessaires à la qualité de l’analyse. Les indicateurs sont élaborés par des formules mathématiques, par des analyses factorielles, et traduits par des histogrammes et des cartes. Corrélés aux résultats du chapitre 1 qui porte sur une “analyse statistique et spatiale du mobilier hors site de prospection”, les résultats sur les parcellaires seraient susceptibles d’apporter des éléments majeurs à la description des systèmes agraires. Mais d’un chapitre à l’autre, les terrains d’étude changent et la corrélation n’est pas possible. Néanmoins, il y a là un matériau remarquable et nouveau pour l’histoire de l’occupation du sol et de l’exploitation agraire, qui représente une nette avancée sur le terrain de l’analyse de morphologie agraire.

https://books.openedition.org/pufc/46572?lang=fr



Citer ce billet
gerardchouquer (2022, 27 septembre). Estelle GAUTHIER, Murielle GEORGES-LEROY, Nicolas POIRIER, Olivier WELLER (dir.), Archaedyn. Dynamique spatiale des territoires de la Préhistoire au Moyen Âge, vol. 1, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2022, 348 p. MaNOMA. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r83b

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search