Gérard Chouquer, Les territoires du droit foncier en Russie aux XVIe-XVIIIe s., janvier 2023, 12 p.

Dans la Russie des XVIe-XVIIIe siècles, les formes de la tenure dessinent des territoires ou conditions agraires différents, à l’origine d’une forme de polyterritorialité aux effets structurants. Dans ce qu’il est convenu de nommer la réserve du souverain ou Gassoudariéva Opritchnina, un territoire de dimension gigantesque, on observe un régime domanial dans lequel le bénéfice ou propriété de service (pomest’e) devient la forme dominante de la tenure noble. Partout ailleurs, c’est un autre régime foncier qui l’emporte. Cette opposition est perceptible depuis la fin du Moyen Âge et elle se formalise au XVIe s. En 1547, lorsque les grands-princes de Moscou prirent le titre de tsars, la terre était sous un régime de domanialité quasi intégrale, les autres détenteurs étant l’Église orthodoxe, la noblesse des boyards, ainsi que, déjà, des groupes de “gens de service” dont l’existence anticipe sur le développement de la propriété de service après 1565. Il existait donc, depuis la fin du Moyen Âge, une différence entre le votcina ou bien patrimonial des seigneuries à transmission héréditaire familiale, et le pomest’e ou bénéfice, entendu comme domaine accordé par le tsar sous condition d’un service militaire ou civil.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
gerardchouquer (12 janvier 2023). Gérard Chouquer, Les territoires du droit foncier en Russie aux XVIe-XVIIIe s., janvier 2023, 12 p. MaNOMA. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r83y


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search