Michael Doneus, Wolfgang Neubauer, Roland Filzwieser, Christopher Sevara, “Stratigraphy from Topography II. The Practical Application of the Harris Matrix for the GIS-based Spatio-temporal Archaeological Interpretation of Topographical Data”, Archaeologia Austriaca, Band 106/2022,  p. 223–252.

Résumé des auteurs

“ Les traces d’activité humaine préservées dans le relief de la surface du sol peuvent être documentées grâce au balayage laser aéroporté (ALS).  Diverses techniques de visualisation pour les modèles numériques de terrain basés sur l’ALS permettent d’améliorer le micro-relief et d’afficher de nombreuses informations sur les travaux de terrassement des établissements, des chemins, des systèmes de champs, des cimetières, etc. Ces vestiges peuvent exprimer un modèle complexe d’éléments de relief qui se croisent et se chevauchent, produits par des millénaires d’activité humaine. Pour “lire”, ou mieux déchiffrer, ce palimpseste ou ce “fouillis”, les caractéristiques archéologiques doivent être classées et leur relation temporelle doit être déterminée au cours de la cartographie interprétative.  Alors qu’une grande partie de l’interprétation des éléments de relief est basée sur l’analyse relativement simple de paramètres tels que la forme, la morphologie, la localisation topographique ou les motifs, le séquençage chronologique des éléments de relief peut s’avérer très difficile.  Dans cet article, nous proposons une solution pour la compilation des séquences chronologiques relatives lors de la cartographie des éléments du relief à partir de données topographiques. Nous combinons une interprétation archéologique interactive basée sur le SIG avec la création d’une séquence stratigraphique connue sous le nom de matrice de Harris, qui est étendue par un modèle temporel hiérarchique basé sur les intervalles. Ce modèle permet d’attribuer des éléments individuels et des groupes d’éléments à des périodes et à des phases chronologiques définies par l’utilisateur. Les caractéristiques extraites des données topographiques sont regroupées dans une matrice finale de Harris en fonction de leurs relations temporelles et peuvent être traduites en cartes de période ou de phase dans l’environnement SIG. La valeur de cette approche est démontrée dans une étude de cas de Basse-Autriche, un paysage archéologique complexe dans lequel plus de 1450 éléments de relief archéologique ont été cartographiés dans un modèle spatio-temporel cohérent. Les résultats donnent un aperçu détaillé du développement d’un paysage archéologique sur au moins 2 500 ans, divisé en 10 périodes, et ont permis de répondre à des questions historiques spécifiques. L’approche présentée ici représente un point de départ pour d’autres analyses et investigations ciblées afin de fournir un cadre chronologique absolu. ” (trad. DeepL)

Commentaire

Dans ce très intéressant article, une fois de plus l’exceptionnel apport du Lidar est prouvé, ce qui n’étonne plus guère.

Mais ce qui paraît très neuf, c’est l’usage que font les auteurs de la matrice de Harris, qui sert en archéologie de terrain à établir des schémas chronologiques et généalogiques entre artefacts et sols, et entre unités, faisant alors émerger des relations qui ne se lisent pas directement dans la stratigraphie. Ils proposent, en effet, de la transférer à l’étude des formes. Comme ils le disent p. 225, “tous les sites archéologiques sont stratifiés”, et l’on comprend que la résultante  de cet axiome peut être : donc toutes les formes doivent ou peuvent l’être en raison d’un rapport entre les formes et les sociétés de telle ou telle époque. Ils reprennent les lois de stratification de Harris : loi de superposition ; lois d’horizontalité originelle ; loi de continuité originelle ; loi de succession stratigraphique.

Bien entendu, il faut rappeler que la matrice de Harris est une importante rupture épistémologique par rapport à la stratigraphie géologique qui avait présidé à la naissance de l’archéologie stratigraphique. Elle l’est car elle rompt avec l’idée que la compréhension des relations au sein d’un site archéologique ne saurait venir du seul terrain, mais aussi des relations entre les unités, qui passe par l’enregistrement graphique, la fameuse matrice.

Cette méthode, appliquée aux morphologies agraires et écologiques du “paysage”, appelle des prolongements. Nous savons bien, en archéogéographie, que le paysage n’est pas que stratigraphique. Parce que nous fondons une grande part de notre travail sur les transmissions et leurs effets aléatoires, résilients, hsytéréchroniques, etc.

Il pourrait donc y avoir une apparente contradiction entre cette approche et la nôtre.  Il me semble qu’il serait intéressant de la lever pour que ce genre d’article ne soit pas compris comme l’affirmation de l’idée que le paysage n’est que stratigraphique, et que cela vienne en rejet des idées sur la complexité et la nouveauté des règles de transmission. Les formes planimétriques (les voies, les parcellaires) et écologiques (les chenaux, les sols, la végétation) peuvent bénéficier à la fois d’une approche stratigraphique mais aussi non stratigraphique dans certaines et même dans nombre de ses dynamiques.

Sans attendre ces futurs développements théoriques, qui pourraient faire l’objet d’un échange entre l’archéogéographie et cette analyse des formes selon le transfert de la méthode de Harris, profitons déjà des apports de cet article au riche contenu ! (GC)

https://www.austriaca.at/0xc1aa5576_0x003ddab2.pdf : Michael Doneus, Wolfgang Neubauer, Roland Filzwieser, Christopher Sevara, “Stratigraphy from Topography II. The Practical Application of the Harris Matrix for the GIS-based Spatio-temporal Archaeological Interpretation of Topographical Data”, Archaeologia Austriaca, Band 106/2022,  p. 223–252.

Citer ce billet
gerardchouquer (2023, 6 septembre). Michael Doneus, Wolfgang Neubauer, Roland Filzwieser, Christopher Sevara, “Stratigraphy from Topography II. The Practical Application of the Harris Matrix for the GIS-based Spatio-temporal Archaeological Interpretation of Topographical Data”, Archaeologia Austriaca, Band 106/2022,  p. 223–252. MaNOMA. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r84t

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search